Lettres SEO

Création web : tester le SEO d'une page

À propos de création Web 56 (freelance internet)

Je fais de la création de sites internet professionnels depuis de nombreuses années. Je suis passé par toutes les étapes, rédaction à la main du code html dans les années 1995, sites web en tableaux puis CSS et PHP, les premiers CMS (systèmes de gestion de contenu) avec Mambo, Joomla, l’apparition du responsive design et maintenant Wordpress avec ses plugins Woocommerce et WPML.

Mes clients sont le plus souvent des petites structures, TPE ou PME, désireuses de disposer d’un site internet pour d’améliorer leur communication web, leur visibilité. Je conduis le projet web du début à la fin, m’intéressant particulièrement au référencement naturel − qui permet un bon positionnement dans les moteurs de recherche sans utiliser de services payants (Google AdWords).

Ma gamme de sites Internet va du site web vitrine à la boutique e-commerce internationale. J’accompagne mes clients dans leur stratégie digitale avec des sites personnalisables et optimisés SEO.

En savoir plus…

Évaluer le SEO d’une page web

Cet article n’est pas un tutoriel. Je donne quelques adresses d’outils en ligne très utiles pour analyser le SEO d’un site web, mais mon but principal est de vous inciter à ne pas trop vous fier aux apparences.

Superbe design et optimisation SEO (et donc positionnement Google) ne vont pas toujours de pair.

Que peut-on analyser sur son site web ?

1 – Le design

icone paletteLe design est la première chose qu’on remarque, et la nature humaine étant ce qu’elle est, l’apparence devient un critère de jugement fondamental. Voire parfois le seul critère de jugement.

Et pourtant, l’habit ne fait pas le moine. La seule influence que pourrait avoir le design sur l’efficacité d’un site internet en termes de positionnement dans les SERP (pages de résultats des moteurs de recherche) serait de pousser l’internaute à passer plus de temps sur le site. En effet, ce temps est mesuré et interprété par Google comme un critère (parmi des centaines d’autres).

Responsive designLa seule chose à vérifier serait la qualité du « responsive design » : Cette horrible expression se réfère à la possibilité pour une page web de s’afficher correctement quelle que soit la largeur de l’écran. Il convient donc de visiter le site sur un smartphone ou une tablette pour valider (ou non) le design de son site.

En résumé, ce n’est pas le design qui compte, ne juger un site web que sur son apparence est une grave (mais fréquente) erreur.

2 – UX – User eXperience

Le visiteur de votre site est toujours pressé. D’une part, il veut que la page s’affiche rapidement, et d’autre part, il veut trouver ce qu’il cherche en un maximum de trois clics.

L’expression « Expérience utilisateur » me hérisse le poil, comme le « responsive design » et beaucoup d’autres anglicismes…

C’est la très mauvaise traduction de « User experience » qui signifie « Ressenti de l’utilisateur », « confort utilisateur », « ergonomie ».

Cette notion concerne ce qui va conduire l’internaute à prendre plaisir à naviguer sur les pages de votre site web, à y passer du temps. Cela concerne aussi la possibilité pour ce même internaute de trouver facilement ce qu’il cherche. Le visiteur de votre site est toujours pressé. D’une part, il veut que la page s’affiche rapidement, et d’autre part, il veut trouver ce qu’il cherche en un maximum de trois clics.

Taux de rebond

Si l’internaute arrive sur une page et en ressort directement, c’est qu’il n’a pas trouvé ce qu’il cherche. S’il va jusqu’à quitter le site web, c’est encore plus mauvais signe pour les moteurs de recherche, et la note de positionnement va diminuer. C’est le « Taux de rebond ». Si au contraire, après quelques clics, le moteur de recherche constate que l’internaute stationne longuement sur la page, c’est que le contenu est intéressant. Les algorithmes de Google vont en augmenter la note.

Attention, vous ne serez jamais le meilleur juge pour mesurer l’ergonomie de votre site. Demandez à une personne neutre de naviguer ou de chercher quelque-chose, sans rien dire. Vous serez probablement assez surpris par la logique de son cheminement qui ne sera pas le vôtre.

ChronomètreQuant à la vitesse d’affichage de votre site, elle se mesure facilement sur des sites tels que PingDom, Google page Speed, GT Metrix, mais bien que cette vitesse de chargement intervienne de plus en plus dans le calcul de positionnement, n’en faites pas une fixation, il y a des choses tellement plus importantes… Voir article https://creation-web-56.fr/creation-web-ne-pas-se-focaliser-sur-la-vitesse/

3 – Le contenu

On sait que la moyenne des longueurs du contenu des pages arrivant en première page de Google est de près de 2000 mots

Google insiste sur la qualité du contenu. C’est sans aucun doute le critère le plus important pour le positionnement en bonne place dans les pages de résultats des moteurs de recherche (SERP).

  • Le contenu de votre site est-il intéressant ?
  • Est-il soigné au point de vue orthographe et typographie ? Je vous renvoie vers Grammalecte dont j’ai abondamment parlé dans les articles de ce blog.
  • Est-il assez long ? Si de nombreuses sources donnent trois-cents mots comme minimum pour un article, on sait que la moyenne des longueurs du contenu des pages arrivant en première page de Google est de près de deux mille mots. Je ne vous propose pas de ne faire que des pages de plus de deux mille mots, c’est terriblement long à faire, mais faites-en de temps en temps. Pour les autres, ne descendez pas en dessous de trois cents mots, ce que recommande Yoast SEO.

Netlinking

Lien RetourSi votre contenu est intéressant, nul doute que certaines personnes ne manqueront pas de le citer dans leurs propres articles. Il s’agit de rétro-liens ou de backlinks. Ces liens retour sont difficiles à obtenir mais sont un critère vraiment très important pour les moteurs de recherche.

On aborde là le domaine du « Netlinking , facteur essentiel pour la réputation de votre site.

Ces liens retour n’arrivent pas tout de suite. Il faut être patient, citer de votre côté d’autres acteurs du web et attendre le retour de politesse (ou le provoquer par un contact direct).

4 – Optimisation

On cherche à atteindre le Graal de la première place dans Google, et pour cela on s’interroge sur les techniques à mettre en œuvre.

« Positionnement d’un site web en bonne place dans les pages de résultats des moteurs de recherche ». Cette phrase un peu longue mais précise est souvent remplacée par des expressions approximatives telles que :

  • « Optimiser le référencement »
  • « Optimiser le référencement naturel » (entendre par référencement naturel tout ce qui n’est pas « référencement payant », de type annonces Google Adwords.)
  • « référencement SEO »
  • « Optimiser le SEO » (joli pléonasme, je rappelle que SEO signifie « Search Engine Optimization » – Optimisation pour les moteurs de recherche…

Première placeTout ceci revient au même, on cherche à atteindre le Graal de la première place dans Google, et pour cela on s’interroge sur les techniques à mettre en œuvre.

Parmi beaucoup d’autres, deux aspects sont souvent évoqués : Rapidité d’affichage et SEO, auxquels s’ajoute depuis peu le « Mobile first »

Rapidité d’affichage

J’ai évoqué cet aspect dans le paragraphe sur « l’Expérience utilisateur » ci-dessus. Je rappelle de ne pas trop s’en préoccuper. Même si ce critère prend de l’importance depuis quelque temps, ne vous détournez pas de ce qui est fondamental : La qualité de votre contenu. Ne visez pas le 100/100 dans les résultats GT Metrix, maintenez-vous dans la moyenne. Seuls 1 % des sites verront leur positionnement impacté par un excès de lenteur.

Le « Mobile First »

Page adaptée aux mobilesQui s’intéresse tant soit peu à la question a récemment entendu parler du « Mobile first ».

On distingue deux concepts du « Mobile First », selon qu’on se place coté Google ou côté développement du site. Le « Mobile first » du côté de Google signifie que l’analyse des sites web par les robots de crawl est réalisée en priorité sur la version mobile des pages du site.

Le mobile first côté développement consiste à concevoir le site en priorité pour les mobinautes et de fournir aux visiteurs sur ordinateurs une version adaptée. (À l’inverse de ce qui se faisait jusqu’à maintenant.)

Ce critère est très facile à auditer, avec son propre smartphone en première approche, en vous rendant sur l’outil Google « Mobile Friendly »

SEO

Beaucoup plus important mais un peu plus compliqué.

Yoast SEO

Logo Yoast BleuCela commence par un excellent plugin Wordpress d’aide au référencement naturel. Yoast SEO, avec lequel on peut vraiment améliorer le référencement du site. De proche en proche, la documentation embarquée dans le plugin est un véritable guide SEO permettant d’acquérir facilement les bons réflexes et les bonnes pratiques de référencement. Finalement, cela permet d’apprendre le SEO et d’acquérir les bons réflexes.

Yost SEO va aider à définir un bon titre et une bonne meta-description pour chacune de vos pages web.

Attention cependant à un piège dans lequel les débutants peuvent facilement tomber, la chasse à la pastille verte. Ce n’est pas le sujet de cet article et je vous renvoie vers cet autre article si cela vous intéresse : creation-web-56.fr -utilisation de l’outil requete cible de yoast seo.

BibleAbondance

Si vous êtes intéressé, ne manquez pas de vous offrir la bible du référencement « Réussir son référencement web » par Olivier Andrieu. Site Abondance.com. Beaucoup de choses deviennent évidentes. De plus en plus, la rédaction web optimisée devient naturelle. Investissement des plus rentables.

Rédaction optimisée

Mettre en pratique ces différentes prescriptions peut parfois nuire à la fluidité de notre style, mais nous n’écrivons pas des romans.

Quelques outils d’analyse

Mettre en œuvre les actions d’optimisation du référencement nécessite un contrôle, une sorte d’audit technique.

On trouve beaucoup d’outils en ligne à des tarifs variables, et même quelques outils gratuits.

Outiref :

Logo Outiref Outiref : Audit SEO en ligne pour mieux optimiser et référencer son site web, Un site d’Olivier Andrieu.

Vous entrez une URL et le site vous donne des conseils sur le titre, la méta-description, la structure Hn et diverses données techniques.

1.fr, SemRush, Ranxplorer, Yooda…

Ces outils ont très utiles mais ne sont pas gratuits. Après, un savant calcul entre tarif et nécessité devient indispensable pour faire son choix.

Attention, les résultats et les conseils peuvent varier d’un logiciel à l’autre. Il convient donc de toujours raison garder et de se faire son propre avis.

Logo 1.fr 1.fr est diabolique pour vous fournir des listes de mots clés.

En fonction d’une requête que vous formulez, il vous donne une longue liste. Par exemple pour cette présente page : Référencer son site web, Contenu seo, Optimiser son référencement, Améliorer la visibilité, Analyse de site Web, Bon référencement, Internet, Mot-clé, Optimisations, Pertinents,…  – Oh la ruse 🙂 🙂

Alyse : Un site gratuit très utile.

<alyze/>

Une véritable mine d’or. J’apprécie la fourniture d’une note globale pour la page, je ne vise pas la perfection partout, c’est contre-productif, mais obtenir pour chaque page une note au minimum moyenne permet de s’assurer à terme un bon référencement.

À noter la fourniture d’un rapport pdf d’optimisation très utile.

Il n’a pas été possible pour moi de ne pas répondre à son appel au don tellement j’ai apprécié cet outil.

Un autre site très utile : Ubersuggest

Ubersuggest est un outil gratuit très complet . Il analyse tout le site, y compris les pages profondes, les mots clefs, le nombre de liens, les backlinks et vous donne donc tout un tas de conseils. Incroyable et fantastique !

Encore une fois, il convient de raison garder et de se faire son propre avis.

Pour quelles raisons voulez-vous analyser un site web ?

Analyser le site de marque d’un prestataire web ou les sites clients qu’il affiche sur sa page d’accueil peut sembler une bonne idée, mais en fait pas du tout !

Analyser votre site web

  • Vous cherchez à présenter au monde un beau site en « mobile first » ou responsive design, efficace, ergonomique… mais cela ne vous suffit pas…
  • Vous voulez qu’en plus il ait toutes les chances de bien se positionner dans les SERP (pages de résultats des moteurs de recherches), en visant la première page, voire la première position.
  • Ou alors vous voulez maximiser votre visibilité, avec un référencement local ou international.
  • Au contraire, vous voulez comprendre pourquoi votre site internet manque de résultats pour pouvoir in fine améliorer son positionnement.

Que vous soyez votre propre éditeur ou que vous confiiez la rédaction de votre site web à un service extérieur, les outils présentés ci-dessus seront votre tableau de bord. Où faut-il intervenir en urgence ? Qu’est-ce qui fonctionne bien ou moins bien ? Sur quels mots clés se positionner pour facilement obtenir une première place Google, et sur quels autres mots clefs ne pas intervenir car non rentables face à la difficulté ?

Explorer le SEO d’un concurrent

Votre visibilité sur le Net

  • Analyse des mots clés de votre concurrents pour voir ce qui lui importe le plus.
  • S’inspirer de ce qui fonctionne.
  • Étudier sa stratégie de référencement naturel, une autre lecture du site web.

Les outils présentés ci-dessus sont très utiles car ils vous feront réfléchir à votre positionnement en connaissance de cause. Qui sait, vous pourriez découvrir quelque-chose à laquelle vous n’aviez pas pensé ou vous faire prendre un virage intéressant.

Choisir un prestataire web ou SEO

  • Analyser les sites de présentation
  • Étudier les sites qu’ils réalisent pour leurs clients

Analyser le site de marque d’un prestataire web ou les sites clients qu’il affiche sur sa page d’accueil peut sembler une bonne idée, mais en fait pas du tout !

Cordonnier mal chaussé

Maintenir l’optimisation d’un site prend du temps, et ce temps n’est pas facturable (ou en travaux à soi-même). Souvent, le site va être soigné au début, lors de la phase de lancement, puis quand le rythme s’accélère, on ne trouve plus le temps.

L’optimisation d’un site est un travail quasi quotidien, au moins hebdomadaire. N’est-ce pas bon signe de voir que le prestataire est fort occupé par ses clients et n’a donc pas de temps à consacrer à son site ?

Les sites développés pour les clients

Ce n’est pas une meilleure idée.

Les sites présentés ne sont pas associés à leur budget qui reste confidentiel. Il peut en effet s’agir d’un client qui veut tout pour rien, qui n’est pas prêt à payer le juste prix. Difficile dans ce cas pour le prestataire d’aller au-delà du paraître, au-delà du simple design qui permet de présenter un beau site pas cher. Le client n’en aura que pour son argent.

À quoi cela sert ?

Pour le suivi de VOTRE site, en corrélation avec Google Analytics et la Search console, afin de mesurer votre performance et pour comparer avec les concurrents de votre domaine d’activité.

Pour obtenir des pistes afin d’améliorer votre positionnement et ainsi avoir davantage de trafic qualifié.

Ce qu’il faut retenir

Ne pas juger sur les apparences car le référencement Google n’est pas proportionnel à la qualité du design.

Si votre but est de vous démarquer de la concurrence, avec un site bien positionné dans la Recherche Google et qui vous apportera de nouveaux clients, ne vous contentez pas de juger le look, mais optez pour un contenu de qualité.

Comme le suggère Google, « Offrez-vous les services d’un prestataire SEO »


Graphique de croissance

Création web : Ne pas (trop) se focaliser sur la vitesse.

Résumé

Vous voulez développer un site web. Avoir un œil sur la vitesse d’affichage c’est très bien, mais ce n’est pas essentiel. Concentrez-vous sur votre stratégie de communication et sur la qualité de votre contenu.

Des outils en ligne permettent d’analyser facilement la vitesse d’affichage, mais cela ne doit pas devenir votre seul indicateur. La vitesse n’est qu’un des deux-cents critères utilisés par Google pour décider du positionnement.

N’oubliez pas non plus la version mobile de votre projet de site.

À propos de création Web 56 (freelance internet)

Je fais de la création de sites internet professionnels depuis de nombreuses années. Je suis passé par toutes les étapes, rédaction à la main du code html dans les années 1995, sites web en tableaux puis CSS et PHP, les premiers CMS (systèmes de gestion de contenu) avec Mambo, Joomla, l’apparition du responsive design et maintenant Wordpress avec ses plugins Woocommerce et WPML.

Mes clients sont le plus souvent des petites structures, TPE ou PME, désireuses de disposer d’un site internet pour d’améliorer leur communication web, leur visibilité. Je conduis le projet web du début à la fin, m’intéressant particulièrement au référencement naturel − qui permet un bon positionnement dans les moteurs de recherche sans utiliser de services payants (Google AdWords).

Ma gamme de sites Internet va du site web vitrine à la boutique e-commerce internationale. J’accompagne mes clients dans leur stratégie digitale avec des sites personnalisables et optimisés SEO.

En savoir plus…

Création web : Ne pas se focaliser sur la vitesse.

Depuis quelque temps, nous entendons beaucoup parler de la prise en compte par Google de la rapidité d’affichage du site web pour son calcul de positionnement (Recherche Google).

Plusieurs outils sont disponibles en ligne pour évaluer cette vitesse: Il est tentant d’essayer de juger la compétence d’un développeur web à ses résultats aux tests de vitesse.

Ne nous trompons pas de cible, les communications officielles de Google nous le confirment, le plus important reste et restera toujours la qualité du contenu de votre site web. L’intelligence artificielle va continuer à progresser dans l’analyse de la qualité du contenu. C’est sur cette qualité que nous devrons travailler principalement.

Google positionne les sites internet en fonction de plus de deux-cents critères, la vitesse n’est que l’un d’eux. Le temps que passent les internautes sur un site − c’est d’ailleurs ce que vous êtes en train de faire et je vous en remercie 🙂 − compte beaucoup plus.

Les outils d’analyse

Les principaux outils de mesure en ligne sont GTmetrix, PingDom, Google Speed View. Vous vous rendez sur le site, choisissez si possible un serveur en Europe et lancez le test.

Il est probable que les résultats ne soient pas à la hauteur de vos attentes.

Avant de vous précipiter sur votre téléphone et d’appeler le support technique de votre agence web pour rouspéter, passez donc ces outils sur les sites Internet les plus rapides du moment. En 2019, c’étaient Wikipédia, Free et Le Monde.

Analyse de la vitesse du site Free.frCela va mieux ? Votre nouveau site n’est-il pas plus rapide que celui du site « Free.fr » ?

Vitesse et positionnement

Si vous lisez ceci, c’est probablement que vous souhaiteriez améliorer le positionnement de votre site web dans les SERP (pages de résultats des moteurs de recherche).

D’après la recherche menée par Matt Peters (responsable des données chez Moz), les sites Web dotés de serveurs et d’une infrastructure technique capables de fournir rapidement du contenu Web obtiennent un meilleur classement dans les moteurs de recherche que les sites plus lents. Malgré les idées reçues, c’est donc la performance de l’arrière-plan plutôt que celle de l’avant-plan qui a un impact direct sur le positionnement d’un site Web dans les SERP.

https://moz.com/blog/how-website-speed-actually-impacts-search-ranking

Vous n’aurez donc jamais les moyens de lutter contre Wikipédia ou les sites de grandes marques disposant de ressources financières énormes et donc d’armées de développeurs web, de spécialistes du webdesign, du webmarketing et de tous les webquelquechose spécialistes de la conception de sites et du graphisme. Elles disposent d’ailleurs d’un nom de domaine ancien, passé parfois dans le langage courant, et ne s’appuient certainement pas sur un hébergeur gratuit.

La qualité du contenu de votre site web

Vous ne pourrez jamais vous battre à armes égales avec les plus grands, concentrez-vous sur la qualité de votre contenu. C’est par là que vous pourrez espérer progresser. L’essentiel est d’avoir un site et une identité visuelle repérables. (Ne vous privez pas des services d’un graphiste.) Si vos pages web contiennent du texte soigné ce sera gagné.

Le confort du visiteur

Votre agence de communication (ou votre agence de création) vous proposera des solutions pour rendre votre site intuitif, fonctionnel, avec une belle charte graphique. Ces options pourront peut-être avoir un impact négatif sur la rapidité d’affichage, peu importe. Le confort de l’internaute a son importance. (Je déteste l’expression « expérience utilisateur » qui est à mon avis mal traduite.)

Le développement web est beaucoup une histoire de compromis.

La vitesse malgré-tout

N’allez pas pour autant vous désintéresser totalement de l’optimisation de votre site internet. Si dans votre budget temps ou financier vous avez de quoi vous y consacrer, ne vous privez  pas.

Entre les deux images ci-dessous se trouvent quelques clics. Les meilleurs résultats étant obtenus en me passant de l’image de tête, je préfère rester un peu plus lent. Mon chargement dure moins de six secondes, c’est l’essentiel et cela n’empêche pas la progression que vous pouvez voir dans le graphique ci-dessous.

Analyse de la vitesse de Création web 56 (Auray)

Analyse vitesse site web Création web 56 (Morbihan)Progression des visites création web 56 (Auray)

L’affichage smartphones

Plus important que ces précédentes considérations, n’oubliez pas de privilégier l’affichage de votre site sur les petits écrans. Tout le monde sait que les sites internet sont davantage consultés sur smartphones, beaucoup oublient de gérer cet aspect.

Un logo, une illustration à votre image permettant de vous identifier clairement, un bouton de contact, quelques textes bien optimisés… Voici ce qui devrait être votre priorité.

Dernier conseil

Vous envisagez de mettre en place un site web, soyez généreux. Offrez du contenu web intéressant. Donnez des recettes, certains internautes passeront du temps sur votre site, ce que ne manquera pas de remarquer Google qui vous placera un peu mieux, ce qui vous permettra de trouver de nouveaux clients.


La requête cible de Yoast SEO

Rédaction web et SEO : n°5 - Utilisation de l’outil « Requête cible » de Yoast SEO

Rédaction web et SEO : n°5 - Utilisation de la requête cible de Yoast SEO

Écrire améliore (vraiment) votre positionnement

Introduction

Cet article est le cinquième d’une série de cinq consacrée à la rédaction web.

Nous allons ici nous pencher sur la requête cible de Yoast SEO, ce plugin gratuit et très populaire.

Qu’est-ce que le plugin Yoast SEO ? Qu’est-ce que la requête cible ? Comment la choisir ? Comment interpréter les résultats de l’analyse et en tirer profit ?

Pour illustrer cet article, j’ai mis des copies d’écran réalisées lors de sa rédaction. Je prie le lecteur de pardonner les références à mes propres requêtes (création de sites web), c’était tentant 🙂 🙂

La requête cible de Yoast SEO (Plugin WordPress)

Yoast : un plugin gratuit et très populaire

Logo Yoast SEOYoast SEO est certainement un des plugins les plus téléchargés. Il est très utile pour rédiger du contenu optimisé pour les moteurs de recherche. Pour cela, il mesure l’optimisation SEO d’une page web par rapport à une requête précise. Il affiche le résultat de son analyse par un système de pastilles colorées rouges, orange et vertes.

Exemple : par rapport à la demande hypothétique d’un internaute qui serait : « Site internet Auray », le plugin va donner des pistes pour adapter le contenu des pages (titres, textes, images, liens…) au thème précis « Site internet Auray ».

(En version payante, on peut travailler sur plusieurs requêtes.)

Mais attention, l’apparition des pastilles vertes peut donner à l’utilisateur le sentiment du devoir accompli, il n’en est rien et en cela ce plugin peut s’avérer contre-productif. J’y reviens un peu plus bas.

Il existe d’autres plugins SEO, comme SEOPress, voici un lien vers un comparatif intéressant.Logo SEOPress

https://wpformation.com/seopress-seo-wordpress/

Cependant Yoast reste un bon point de départ malgré la publicité un peu trop présente.

Le piège des pastilles vertes

(Expérience vécue) Un client me dit :

« Je ne comprends pas, toutes les pastilles sont vertes et mon produit ne s’affiche pas en première page de Google ! »

La personne pensait que le plugin Yoast insérait dans le code de la page des instructions à destination de Google pour lui signaler de booster la page par rapport à la requête.

Depuis ce jour, je ne mets plus en place le plugin Yoast sur les sites de mes clients sans m’être assuré de leur parfaite compréhension du fonctionnement de ce plugin.

Comment bien choisir la requête cible de Yoast SEO ?

Le plugin porte un regard sur une page web en fonction d’une requête précise. Encore faut-il que cette requête soit demandée par les internautes ciblés. Il ne faut pas non plus que cette demande soit trop importante.

La difficulté tient au choix de la requête. Ce qui est évident pour soi ne l’est pas forcément pour les autres. Notre façon de désigner notre produit est sans doute exacte mais ne correspond pas toujours au langage courant.

Nous devons donc prendre du recul, nous décentrer, pour tâcher de se positionner sur des demandes d’internautes rédigées en langage courant.

Google Trends

Logo Google Trends« Google Trends » permet de comparer les évolutions des demandes sur tel ou tel produit ou concept. Il indique pour une à cinq requêtes la fréquence à laquelle elles ont été cherchées dans le moteur de recherche. C’est un outil bien commode pour quiconque ne veut pas investir dans les outils de référencement de type SEMRush, Yooda, Ranxplorer…

Essayez cet outil « Google Trends » sur les expressions « Création de site web », « fabrication de site web », « conception de site web », et voyez les différences notables. Sachez que si vous cliquez sur votre région sur la carte de France, vous pouvez affiner votre recherche.

Déterminer la requête cible de Yoast SEO avec Google Trends

Faites attention aussi à vous fixer sur les termes de recherche sur toutes les requêtes à comparer. (et non sur les sujets). Lire une explication dans la documentation Google.

Essayez d’autres combinaisons… Ainsi, de proche en proche, vous déterminerez une requête efficace, ni trop ni trop peu précise, et pour laquelle vous serez en droit d’espérer un bon positionnement.

Attention au jargon professionnel, des expressions que vous utilisez tous les jours peuvent être moins prisées des internautes : Même s’il vous semble criminel d’utiliser le mot cordage sur un bateau, si vous utilisez « Google trends » pour comparer « Cordage », « Bout » et « Drisse » en catégorie « Bateaux et embarcations », vous verrez qu’il serait dommage de ne pas avoir une page optimisée pour « cordage » !
Comparaison Google trends

Autocomplétion Google

Vous avez remarqué que les moteurs de recherche proposent de compléter automatiquement vos requêtes dès que vous commencez à les taper. Cela vous donne de bons indices sur ce que demandent fréquemment les internautes. Servez-vous-en et augmentez la précision en commençant par vider votre cache de navigateur.

D’autres outils

Vous pouvez trouver d’autres outils plus précis, parfois en périodes d’essai, je pense à Yooda ou Ranxplorer, voire SEMRush, mais l’utilisation de ces logiciels ne sera pas des plus intuitives pour quiconque ne se destine pas à un usage régulier.

Prendre son temps

Prendre son temps pour choisir la requête cible de Yoast SEOEn résumé, prenez tout le temps nécessaire au choix d’une bonne requête, cela ne se fait pas en cinq minutes.


Renseigner la requête cible

Voilà, nous y avons passé le temps nécessaire, mais nous avons identifié une bonne requête cible. Nous allons donc voir une à une les différentes recommandations du plugin.

Indiquez cette requête dans le champ de même nom (1) puis dépliez la zone « Édition des métadonnées » (2).
Positionner la requête cible de Yoàst SEO puis accéder aux méta-données

Édition des métadonnées

Dans ce panneau déplié, vous allez rentrer le méta-titre et la méta-description (Cliquez sur « Modifier les métadonnées »). Google reprendra ces éléments dans sa page de résultats. Autant soigner ces informations, en veillant à y inclure votre requête cible. Tachez aussi d’obtenir un titre et une description de bonne longueur. Si vous faites trop court, le plugin vous le dira un peu plus tard.

Ne négligez pas ces métadonnées, il faut vous démarquer de la concurrence en présentant un contenu attirant et explicite. On doit avoir envie de cliquer sur votre lien plutôt que sur celui du voisin.

Remplir les méta-données

Dépliez maintenant la zone « Analyse SEO »

Analyse SEO

Une fois le panneau « Analyse SEO » déplié, une quinzaine de pastilles apparaissent. Elles sont vertes, orange ou rouges. Les pastilles orange ou rouges suggèrent des améliorations et il faut donc les étudier une à une.

Notez qu’il est inutile de passer toutes les pastilles au vert, il faut parfois savoir raison garder.

Création web Auray - Les pastilles de couleur

Les points analysés

Ci-dessous je reprends simplement la liste des points analysés par le plugin avec un petit commentaire. Tout est parfaitement explicite, à part peut-être le slug et le maillage interne.

Liens externes : Liens conduisant vers d’autres sites avec thématique proche.

Maillage interne : Liens conduisant vers d’autres pages de votre site, avec thématique proche.

Requête dans l’introduction : La requête cible doit apparaître dès le début de votre texte, dans le premier paragraphe.

Longueur de la requête : La requête cible doit avoir au moins quatre mots signifiants.

Densité de requête : La requête cible doit être répétée plusieurs fois (mais inutile d’en mettre trop, ce serait contre productif.)

Requête dans la méta description : La requête doit apparaître dans la méta description.

Longueur de méta description : La méta-description doit être assez longue.

Requête déjà utilisée : Permet de voir si vous vous répétez 🙂

Requête dans les titres : La requête doit se trouver dans plusieurs titres de niveau 2. Attention, les titres de niveau 1 sont réservés aux titres des pages. Ne les utilisez pas dans le texte.

Textes alternatifs : Vérifie que vos images soient bien munies de leur balise « Alt »

Longueur du contenu : Le contenu devrait avoir au moins 900 mots. Pas toujours facile !

Requête dans le titre : Les mots de la requête doivent apparaître au début du méta titre.

Longueur de méta titre : Le méta-titre doit être assez long.

Requête dans le slug : Le slug est l’URL de la page. Vous pouvez le modifier si besoin.

L’onglet « Lisibilité »

J’aborde le sujet dans l’article « Rédaction web. Article 2 : Peaufiner le texte »

Mais surtout, mettez de côté votre égo d’auteur, un enfant de douze ans doit pouvoir vous comprendre.

L’onglet « Réseaux sociaux »

Pour finir, si vous avez une liaison vers Facebook, vous pouvez modifier ici le titre et la description qui devront apparaître.


Rédaction web et SEO : n°4 - Positionnement des images dans la page

Rédaction web et SEO : n°4 - Positionnement des images dans la page

Aujourd’hui on ne maitrise plus totalement l'ordonnancement des pages web

Introduction

Cet article est le quatrième d’une série de cinq consacrée à la rédaction web.

Cet article est à l’usage des personnes en charge de la production de contenu et qui ne possèdent pas de connaissances SEO particulières.

Positionner une image au millimètreAutrement dit, comment rédiger pour le web quand on n’y connaît rien ?

Nous allons voir aujourd’hui que le positionnement des différents éléments de la page web ne dépendent plus (uniquement) de nous.

Nous parlerons peu d’optimisation SEO et cet article aurait pu porter le numéro 3 bis de ma petite série puisqu’il prolonge le numéro 3 consacré aux images.



Résumé des articles précédents

Dans le premier article, nous sommes restés au niveau du traitement de texte.

Logo MindomoLogo GrammalectePartant de votre idée initiale, autrement dit du thème de votre article, je vous ai invité à construire un plan (avec un logiciel de mind-mapping comme Mindomo). Je vous ai ensuite proposé − si vous utilisez le traitement de texte LibreOffice − d’installer l’extension « Grammalecte » pour mieux gérer la typographie, les espaces insécables et autres erreurs courantes…
Le tout avec des conseils généraux du genre : phrases courtes, pas de jargon, texte compréhensible par des adolescents, structuration du texte avec de vrais titres… ☺

Pour vérifier la bonne structuration du texte, je recommande d’ailleurs d’en extraire la table des matières. La lecture de celle-ci donne-t-elle une idée juste du contenu ?

Dans le deuxième article, nous avons importé le texte dans WordPress.

Nous avons ensuite utilisé l’outil de lisibilité du plugin Yoast pour peaufiner le texte et je vous ai donné quelques indications sur les mots de transition.

Nous avons alors constaté quelques différences dans les éditeurs WordPress et LibreOffice, en particulier pour certains caractères (espaces insécables, accents circonflexes…). Cela oblige, pour obtenir un texte impeccable, à faire quelques allers et retours entre les deux. (Pas très pratique !)

Dans le troisième article, nous avons ajouté des liens et des images.

Une imageNous avons parlé de l’importance d’insérer des liens, externes et internes, avec quelques conseils.

Question images, nous avons vu où les trouver, comment les optimiser’ comment choisir le format JPG ou PNG. Nous avons aussi insisté sur l’importance du texte alternatif, ou balise « alt ».



Positionner les images

« Image Experiment » by Wanhe Huang is licensed under CC BY-SA 4.0

Illustrer une page web est très important (même si l’essentiel du contenu doit être textuel, voir article sur ce sujet : Les images ne suffisent pas). Les images facilitent la lecture en créant des instants de repos, de ponctuation.

Où positionner les images ?

Choisir la position des photos
Photo by Gratisography from Pexels

Placez des images dès le début du texte, un peu comme un moyen d’accueillir le lecteur potentiel. Il convient ensuite d’en disposer régulièrement, mais plus on avance dans le texte moins leur importance est cruciale.

Bien sûr, ces images seront pertinentes, en rapport étroit avec le sujet, mais il est illusoire de vouloir imposer une mise en page particulière. Aujourd’hui on ne maîtrise plus totalement le positionnement des différents éléments d’une page web.

Pourquoi est-il vain de vouloir imposer une mise en page particulière ?

Cela est dû à la multiplicité des tailles d’écran disponibles. Votre site web sera lu sur des ordinateurs avec écrans de tailles variées, mais aussi sur des smartphones.

Malgré cette contrainte, votre site web doit rester lisible. Les développeurs utilisent le mot « Web responsive » ou « Responsive design » (en français « Site web adaptatif« ) pour évoquer cette fluidité de l’affichage des composants de la page.

Un site web adaptatif (anglais […] responsive web design[…]) est un site web dont la conception vise, grâce à différents principes et techniques, à offrir une consultation confortable sur des écrans de tailles très différentes. L’utilisateur peut ainsi consulter le même site web à travers une large gamme d’appareils (moniteurs d’ordinateur, smartphone, tablettes, télévision…) avec le même confort visuel et sans avoir recours au défilement horizontal ou au zoom avant/arrière sur les appareils tactiles notamment, manipulations qui peuvent parfois dégrader l’expérience utilisateur, tant en lecture qu’en navigation.[…]

Wikipedia

Une expérience pour bien comprendre le mécanisme :

Sur ce présent site, faites varier la largeur de la fenêtre de votre navigateur et observez comment la disposition des textes et des images varie. Les paragraphes changent de mise en page, le nombre de lignes varie, certaines images changent de taille, d’autres non, mais le texte reste toujours lisible et affiché dans son intégralité.

un exemple de site non responsiveRegardez maintenant le site https://dequeuniversity.com/library/responsive/1-non-responsive et faites la même opération de réduction de la largeur du navigateur. Vous allez voir le texte disparaître en partie droite.

Certains regrettent de ne pas pouvoir aligner leurs éléments exactement comme ils le souhaitent.

Postiton exacteJ’ai plusieurs fois entendu des personnes vouloir absolument que la hauteur d’un paragraphe soit exactement égale à la hauteur de l’image adjacente, ou que le paragraphe fasse un nombre de lignes précis. C’est totalement illusoire.

Mais qu’est ce qui est important ? Le message global ou la mise en page ? (Le fond, ou la forme ?)

Comment pallier ce mécanisme ?

La disposition par blocs

Il est des cas cependant ou il est important malgré tout d’avoir un minimum de contrôle sur la mise en page. L’utilisation des blocs − gérés soit par l’outil de rédaction Gutenberg de WordPress soit par l’éditeur spécial fournis par le thème − autorise une grande souplesse dans la disposition des éléments.

<hr> Une autre méthode plus archaïque

Il est possible d’insérer un retour ligne avec la balise html « ligne horizontale » <hr /> que l’on rend invisible. Cette ligne sera paramétrée pour se positionner une fois qu’il n’y a plus rien, ni à droite ni à gauche, et créera donc une rupture dans le déroulement du texte.

Pour placer cette balise, il faut utiliser l’éditeur texte (et non l’éditeur visuel) et copier ce qui suit au bon endroit, c’est à dire avant l’élément (titre, nouvelle ligne…) qui doit revenir complètement à la ligne.

<hr style=”clear : both ; visibility : hidden ; line-weight:0px” />

Une façon plus élégante serait d’aller ajouter une classe CSS adaptée.

Par le menu « Personnaliser / CSS additionnel / » on accède à une feuille CSS dans laquelle on copie le code suivant :

/* Retour ligne forcé */
.retourLigne{clear : both ; visibility : hidden ; line-height : 0px ;}

Ceci fait, il suffira dans le texte, toujours avec l’éditeur texte, de placer

<hr class="retourLigne" />

pour imposer le retour à là ligne désiré.

Jongler avec le « responsive design »

Nous avons donc compris le mécanisme, il faut maintenant en tirer parti et choisir d’aligner les images soit à droite, soit à gauche en fonction de l’effet souhaité.

Que ce soit dans un bloc ou un paragraphe, il faut penser à l’ordre logique du flux de lecture. Si votre image est disposée à gauche d’un paragraphe, sur smartphone elle apparaîtra au dessus du paragraphe. Si elle est située à droite, elle apparaîtra sous le paragraphe, à vous d’en tenir compte selon la façon dont vous voulez illustrer votre propos.

  • Disposez les images à gauche pour qu’elles s’affichent en introduction des paragraphes.
  • Disposez les images à droite pour qu’elles s’affichent après les paragraphes.

Ultime vérification

Une fois votre article terminé, vérifiez sur divers affichages, sans oublier votre smartphone. Profitez-en pour vérifier qu’aucune ponctuation ne se trouve orpheline en début de ligne.


Texte ou image ?

Votre site web : Les images ne font pas tout !

De l’importance (relative) des images dans un site web

Des images pour agrémenter son site web

La présence d’images dans un site web est fondamentale mais a des limites.

La lecture sur écran est souvent fatigante et les images apportent des temps de respiration indispensables.

Le choix des images et du décor aident à créer l’ambiance voulue, en fonction de la cible choisie.

Qui de l’image ou du texte apporte le plus ?
Auray Saint-Goustan et extrait d’un poème de Victor Hugo

Les limites de l’image

Google et ses compères ne savent pas (encore) lire les images.

Un site web composé uniquement d’images sera donc totalement transparent pour les moteurs de recherche qui n’y verront que du blanc, du vide… Et seront donc incapables de référencer quoi que ce soit, ce qui n’est ordinairement pas le but recherché.

La solution consiste à accoler à l’image un texte descriptif que l’on nomme « Balise Alt » ou « Texte alternatif ». Ce texte n’est ordinairement pas affiché pour l’internaute mais renseigne efficacement Google sur le contenu du site.

Néanmoins, fournir du contenu alternatif, bien qu’indispensable, n’est pas suffisant.

Construction web : Les images ne sont pas le contenu

Une imageAu début des projets Web, certains clients me disent tout fiers « Et pour le contenu, j’ai tout ce qu’il faut, j’ai plein de photos et d’images. »

Généralement ils font un peu la grimace lorsque je leur annonce que cela ne suffira pas et qu’ils devront écrire, écrire et encore écrire. Qu’il faut viser en moyenne des textes de trois cents mots par page.

Beaucoup de gens pensent que le développeur web pourra « mettre des mots-clés » dans des zones mystérieuses du code. Cela a existé aux débuts du web, mais cette époque est révolue depuis longtemps.

La seule façon de rendre visible un site web est d’offrir du contenu texte intéressant.

Construction web : Le contenu, c’est le texte

Ecrire régulierementIl n’est pas toujours facile d’écrire. Indépendamment de l’orthographe, il faut savoir quoi dire et comment le dire : Il existe quelques techniques particulières mais guère différentes de l’écriture journalistique. Faire simple, phrases pas trop longues, pas trop de mots compliqués ou de plus de quatre syllabes…

Le plus simple est parfois de faire appel à un rédacteur web qui saura vous interviewer et rédiger pour vous dans les règles de l’art. Mais je propose quelques tutoriels sur ce site, ne vous privez pas de les lire…


Ne pas copier les articles de presse

Article presse sur votre site web

Article presse sur votre site web

Article de presseVous désirez placer un article journal en évidence sur votre site internet ? Très mauvaise idée !

Non seulement c’est interdit, mais en plus c’est contre-productif en termes de SEO et d’image véhiculée.

Copier un article de presse est illégal.

Même si vous êtes le sujet principal de l’article, sa reproduction est encadrée par les lois sur les droits d’auteur. Il se trouve que la plupart des organes de presse confient la gestion de ces droits au CFC (centre français d’exploitation du droit de copie), il vous faudra donc passer par leur intermédiaire pour obtenir une autorisation (payante) de reproduction. Vous pouvez trouver sur le site du CFC les principaux textes de loi relatifs au droit d’auteur et au droit de reproduction d’une œuvre protégée.

Scanner un article de journal pour l’afficher sur votre site web nuit à son référencement.

Le texte de l’article est une image et les moteurs de recherche sont incapables d’en comprendre le sens.

Cette image est le plus souvent en pdf et vous ne saurez donc pas toujours l’optimiser correctement. Elle sera trop lourde et le moteur de recherche décernera à la page quelques points négatifs.

Parions enfin que votre balise « Alt » ne sera pas non plus optimisée et voici de nouveau une flopée de points négatifs.

Afficher la photo d’un article de presse nuit à votre image

Honnêtement, lisez-vous en détail les articles présentés sous forme de scan que l’on peut voir sur le net ? La lecture en est toujours difficile, voire impossible sur mobile.

Ces articles renvoient donc l’image d’un site web amateur, ou tenu par une entreprise qui ne prend pas les moyens de sa communication.

Consultation des articles pdf sur mobiles

Les webmestres qui placent ces photos d’articles sur le web n’ont pas encore assimilé la tendance actuelle : La consultation des sites web se fait maintenant essentiellement depuis des appareils mobiles.

Comment va s’afficher cette image sur un smartphone ? Vous connaissez la réponse.

Faites une revue de presse

Vous disposez de nombreux articles dithyrambiques qui traitent de vous ou de votre entreprise ? Faites alors une « Revue de presse » en citant de courts extraits, avec mention des auteurs et de la date, et surtout avec des liens vers les articles originaux.


Wordpress croissance

WordPress en pleine croissance… Oui mais… Danger !

Le 28 mai 2019, mise à jour de cet article du 23 novembre 2015.

WordPress est toujours de plus en plus utilisé, et cela n’étonne plus personne.

Wordpress-20%
2013

Wordpress-25%
2015

Wordpress-30%
Avril 2018

Wordpress croissance
2019 (33 %)

D’ailleurs, pour illustrer cet article et ses futures mises à jour, plutôt que de barrer le logo WP de pourcentages toujours plus élevés, je vais simplement afficher une flèche croissante (une fois pour toute).

WordPress et les autres

Pour se faire une idée des évolutions des logiciels, il est commode de consulter Google Trends. Voici un graphique concernant les quatre logiciels les plus utilisés (ou ceux qui présentent la plus forte croissance). Dans cette copie d’écran, WordPress est en vert, Joomla en jaune et Wix en bleu et Squarespace en rouge.

Comparatif CMSJe précise qu’il s’agit de l’intérêt des internautes et non des réelles parts de marché. En ne se fiant qu’au graphique, on pourrait penser qu’en mai 2019 Wix arrive au tiers de WordPress ? Or, à cette date, son utilisation n’en représente que 3 %.

Je recommande la lecture de l’article de w3techs.com qui présente un comparatif complet en chiffres et en tableaux éloquents, par mois, trimestres ou années.

Le revers de la médaille (vous êtes la cible idéale)

Observez le graphique ci-dessous, tiré de l’étude de w3techs.com citée ci-dessus

w3techs.com - graphique comparaison CMS.

Mettez-vous maintenant dans la peau d’un développeur pirate en train de développer un robot malfaisant. À quel système va-t-il s’attaquer en priorité ? (pour ne pas dire exclusivement).

Oui mais mon site ne va intéresser personne !

La sécurité de votre site, c'est votre affaire Grave erreur

Le robot de notre méchant pirate parcoure tout le web. Il recherche en priorité les sites WordPress basés sur des versions un peu anciennes. Il recherche aussi les plugins dépassés, dont les failles de sécurité ont été publiées. Le petit site web du menuisier du coin de la rue ou le blog du collectionneur de papillons sont des cibles de choix car faciles d’accès.

De plus, si un site web n’est pas à jour, c’est probablement parce qu’il est tenu par quelqu’un d’un peu trop confiant, possédant un anti-virus gratuit et utilisant le même mot de passe un peu partout. Le rêve !

Si vous êtes dans ce cas, merci de me mettre votre numéro de carte bancaire…

Le virus déposé par le robot ne va pas forcément casser votre base de données, il va essayer de se cacher là où il pourra. Dans votre machine, dans votre compte d’hébergement, dans les ordinateurs de vos visiteurs, sans faire de bruit, sans rien abîmer. Ainsi, le pirate pourra-t-il se constituer un gros parc de machines équipées de son virus diabolique et discret.

Et le jour J (fatidique), notre pirate pourra lancer son attaque de partout à la fois, bloquant des millions de machines, des industries entières, voire des pays…


La surveillance doit être quotidienne.

Chaque matin, même le dimanche, même en vacances, je vérifie que tous les sites que je gère soient bien à jour. Et ceci autant pour les versions de WordPress que pour les plugins utilisés. Bien sûr, je ne pourrais pas faire cela à la main, ce serait trop long, je mets donc en route un outil spécial qui fait le job à ma place.

Ensuite, je consulte les alertes qui arrivent dans une boite mail spécifique (sauvegardes, tentatives de connexion pirates, gestion des divers renouvellements…)

Oui, même le dimanche, non que je sois un forcené du boulot, mais en cas d’attaque il faut faire vite.

Une fois ceci fait, j’ouvre les outils habituels de l’homo informaticus, agenda, courrier électronique, et tout le reste… − sauf le dimanche cette fois ☺.

Mon seul conseil :

La sécurité, cela vous concerne !

Ne prenez pas cela à la légère.

Si vous n’en êtes pas convaincu, alors vous êtes la cible idéale.

Cherchez l’expression « Sécurité Wordpress » dans un moteur de recherche et suivez les conseils.


Insertion images et liens

Rédaction web et SEO : n°3 - Insertion images et liens

Rédaction web et SEO : n°3 - Insertion images et liens

Écrire améliore (vraiment) votre positionnement

Introduction

Cet article est le troisième d’une série de cinq consacrée à la rédaction web.

Cet article est à l’usage des personnes en charge de la production de contenu et qui ne possèdent pas de connaissances SEO particulières.

Autrement dit, comment rédiger pour le web quand on n’y connaît rien ?

Un petit clin d’œil au passage à mes clients à qui je livre des sites internet et à qui je dis qu’il leur faut maintenant écrire, écrire, et encore écrire…

Nous allons donc voir aujourd’hui l’insertion des liens et des images, et le tout, sans avec très peu de notions techniques.

Résumé des articles précédents

Dans le premier article, nous sommes restés au niveau du traitement de texte.

Logo MindomoLogo GrammalectePartant de votre idée initiale, autrement dit du thème de votre article, je vous ai invité à construire un plan (avec un logiciel de mind-mapping comme Mindomo). Je vous ai ensuite proposé − si vous utilisez le traitement de texte LibreOffice − d’installer l’extension « Grammalecte » pour mieux gérer la typographie, les espaces insécables et autres erreurs courantes…

Le tout avec des conseils généraux du genre : phrases courtes, pas de jargon, texte compréhensible par des adolescents, structuration du texte avec de vrais titres… ☺

Pour vérifier la bonne structuration du texte, je recommande d’ailleurs d’en extraire la table des matières. La lecture de celle-ci donne-t-elle une idée juste du contenu ?

Note au sujet de Mindomo :

Mindomo n’est pas un logiciel libre. Malheureusement, je n’ai pas trouvé de logiciel libre de mind-mapping permettant une synchronisation Android − PC.

Dans le deuxième article, nous avons importé le texte dans WordPress.

Logo YoastNous avons ensuite utilisé l’outil de lisibilité du plugin Yoast pour peaufiner le texte et je vous ai donné quelques indications sur les mots de transition.

Nous avons alors constaté quelques différences dans les éditeurs WordPress et LibreOffice, en particulier pour certains caractères (espaces insécables, accents circonflexes…). Cela oblige, pour obtenir un texte impeccable, à faire quelques allers et retours entre les deux. (Pas très pratique !)

Enfin, nous avons conclu ce deuxième article en annonçant qu’avant d’utiliser l’outil « Requête cible » du plugin Yoast, il nous faudrait insérer des liens et des images. Nous y voici !

Sujet du jour : liens et images

Insertion de liens

Les moteurs de recherche lisent toutes les pages web, je dirais même qu’ils les épluchent et leur attribuent une note selon de multiples critères. Un de ces critères concerne la présence de deux types de liens.

Liens internes

Les liens internes redirigent le lecteur vers des pages ou des articles de votre site. Leur intérêt est de faciliter la navigation de l’internaute et des robots analyseurs de sites (crawlers). Lorsqu’il lit le texte et voit un lien, l’internaute sait qu’il peut trouver un complément d’information facilement. C’est commode et donc très apprécié par les moteurs de recherche.

Placez donc plusieurs liens internes dans tous vos textes.

Attention, les titres et les destinations des liens ont leur importance, j’y reviens ci-dessous.

Liens externes

Les liens externes sont tout aussi importants. Les moteurs de recherche attribuent une meilleure note aux contenus qui proposent des références externes de qualité. Par exemple, au début de cet article, je cite « Mindomo » et je place un lien vers sa page officielle. On peut aussi renvoyer sur un site explicitant un terme un peu compliqué (mindmapping.com par exemple pour illustrer le mind-mapping).

Notes importantes sur l’insertion des liens.


AttentionNe pas faire ouvrir les liens dans de nouvelles fenêtres.

Certains clients me rétorquent qu’ils craignent que les internautes ne quittent leur site. Mais tout le monde sait faire marche arrière et si le site est intéressant les visiteurs reviendront. Prenons les internautes pour des adultes !

Placez les liens sur des termes explicites.

Le texte du lien doit renseigner sur ce qu’on va trouver en le suivant.

Ne pas mettre : « Vous trouverez mon blog photo ici », ou « Pour en savoir plus : Cliquez ici»: Mettez plutôt « Vous pouvez consulter mon blog photo. »

Seul le dernier de ces trois liens indique clairement que l’on se dirige vers un blog photo !

De plus, il est important que le texte environnant le lien d’une part et que le texte de destination du lien d’autre part soient en rapport l’un avec l’autre. Autrement dit, le texte du lien doit être en conformité avec le thème du paragraphe dans lequel il se trouve.

Images

Une imageLa lecture sur écran est moins confortable que sur papier. Aussi, mis à part quelques cas particuliers, nous avons tous le besoin de trouver du contenu aéré et illustré.

Une image bien choisie va renseigner immédiatement sur le contenu texte environnant, aider à la mémorisation et à la compréhension.

Un texte bien illustré sera donc souvent mieux noté par les moteurs de recherche.

Trouver des images

Icons made by Freepik from www.flaticon.com is licensed by CC 3.0 BY

Ne jamais voler d’images sur le net. J’emploie à dessein le verbe « voler ».

Logo CC CommonsIl existe des banques d’images libres, voire d’images libres et gratuites (nuance). J’utilise souvent Pexels et depuis peu la nouvelle banque CC Search. Par respect pour les auteurs, merci de les citer lorsqu’ils le demandent.

En outre, vous constaterez très vite qu’il vaut mieux payer dix ou quinze euros pour une image de qualité que de perdre deux heures de votre temps précieux en recherches vaines.

Résolution et définition

La définition d’une image :

On nomme « définition d’une image » sa dimension en nombre de pixels. Par exemple : 3000 x 2000.

En revanche, oubliez la résolution qui ne concerne que l’impression papier.

On trouve sur le net des quantités de débats sur le sujet de la résolution, le méli-mélo vient tout simplement des anglais, qui désignent par « resolution » (sans accent) ce que nous appelons « définition ».

Je conseille à ceux qui désirent approfondir le sujet de la résolution, de lire un article d’Arnaud Frich, spécialiste de l’image (couleurs, impression…)

Choisissez une définition adaptée

Faites des tests pour trouver les définitions qui vous conviennent. Je vous propose par exemple 1200 px de large pour les plus grandes images (occupant toute la largeur de l’écran). Pour les grandes images à l’intérieur d’une page je propose 600 ou 800 px, et de 150 à 300 pour les petites images.

Voici ce que cela donne :

O

Optimisation des images

Vous avez une image à la bonne définition, il vous faut maintenant l’optimiser.

Le poids des images est maintenant devenu problématique en ce sens qu’il alourdit les pages web et ralentit leur affichage. Les moteurs de recherche détestent cela et les pénalisent de plus et plus.

Logo RiotJe vous conseille donc de télécharger le logiciel RIOT qui va vous permettre de compresser grandement les images sans perte visible de qualité.

Je propose un exemple ci-dessous (avec l’aimable autorisation de la librairie « La nef des Fous à Rennes »). En premier lieu, la définition de l’image originale a été réduite à 800 x 530. Son poids est donc passé d’une quinzaine de Mo à 520 Ko, ce qui est encore trop.

Dans un deuxième temps, j’ai appliqué une optimisation avec RIOT et le poids est passé à 100 Ko.

Avant à gauche, après à droite, on distingue une légère différence de coloration mais c’est peu de chose en comparaison des variations que l’on observe d’un écran à l’autre.

Et sur Mac ?

Voyez par exemple  imageoptim  (Je n’ai pas essayé mais j’ai lu que c’était un bon choix. Confirmez-le moi en commentaire 🙂

Les images png

Il vous faudra parfois choisir le format PNG qui respecte les transparences, pour éviter le défaut ci-dessous. (Afin de mieux voir le défaut, j’ai foncé un peu l’arrière plan.)

À gauche une image en JPEG, avec son arrière plan blanc disgracieux, à droite la même en PNG qui autorise la transparence du fond.

Balises des images

Attention aux balises AltLors de l’insertion d’une image, il est fondamental de remplir au minimum la balise « Alt » (texte alternatif). En théorie, cette balise sert à fournir un texte de remplacement au cas où le navigateur ne pourrait pas afficher l’image. Cependant, comme les moteurs de recherche ne savent pas encore analyser les images, c’est leur seul moyen de savoir de quoi il retourne. Autant dire qu’une balise « Alt » non renseignée est très mal vue, et donc très mal notée.

En plus de la balise « Alt », on peut renseigner un titre ou une légende, mais c’est de moindre importance.

Remplir les balises Alt

Prochain article

Dans un prochain article, je reviendrai sur les images, en particulier sur leur positionnement dans la page.

Je terminerai cette série par l’utilisation de l’outil « Requête cible » fourni par le plugin Yoast, qui nous servira à juger de l’optimisation de notre page.


Ecrire pour le web

Rédaction web et SEO : n°2 - Peaufiner le texte

Rédaction web et SEO : n°2 - Peaufiner le texte

Écrire améliore (vraiment) votre positionnement

Introduction

Cet article est le deuxième d’une série de cinq consacrée à la rédaction web.

Texte mélangé(Utilisation de l’outil d’analyse de lisibilité du plugin Yoast.)

Cet article fait suite à Rédaction web et SEO : n°1 – Rédiger le texte publié précédemment.

Comme je le disais en introduction de ce dernier, je m’adresse aux personnes en charge de la rédaction du contenu d’un site web sans entrer dans la technique.

Nous disposons donc d’un texte élaboré dans un logiciel de traitement de texte, que nous allons peaufiner à l’aide des outils d’analyse de lisibilité du plugin Yoast pour WordPress.

Nous allons mettre à profit les indications de cet outil pour adapter notre texte à la lecture web. En particulier, cet outil recommande l’usage des mots de transition au sujet desquels je donnerai quelques indications.

Nous n’aborderons ni l’insertion des images, ni celle des liens.

Peaufiner le texte avec l’outil d’analyse de lisibilité de Yoast

État actuel :

Le menu des stylesPour l’instant, vous disposez donc d’un texte dans un logiciel de traitement de texte. Vous avez structuré ce texte en paragraphes introduits par des titres et sous-titres. À ce propos, je rappelle que ces derniers s’obtiennent par réglage dans l’outil des styles et non par de simples enrichissements (caractères gras, soulignements, variation de taille…)

Pour s’assurer de la qualité de ces titres, il suffit d’insérer une table des matières, en tête ou en fin de document. On se pose alors la question : cette table des matières contient-elle tous les titres ? Et sa lecture reflète-t-elle parfaitement le contenu de notre article ?

(Menu insertion − Insérer une table des matières)

Les espaces insécables

Avant d’insérer le texte dans le site, nous allons devoir gérer les espaces insécables.

Espaces insécables et caractères orphelinsLorsque le texte sera intégré dans le site, et sachant que les largeurs d’écrans sont diverses et variées, le risque sera grand de voir un signe de ponctuation filer à la ligne et se retrouver seul (orphelin). Pour éviter cela, il faudra placer des espaces insécables avant ces caractères de ponctuation. D’ailleurs, il faudra aussi protéger d’autres groupes de mots ou lettres des retours à la ligne, comme les particules, les horaires, et beaucoup d’autres…

Grammalecte

Logo GrammalecteSi vous travaillez avec LibreOffice, il vous faudra installer l’extension « Grammalecte » qui placera toutes les espaces insécables en un seul clic.

Une fois l’extension téléchargée, installez le plugin (un simple double-clic sur le fichier) et redémarrez LibreOffice. Vous trouverez le nouveau menu « Grammalecte » entre « Outils » et « Fenêtre ». Faîtes « Grammalecte / Formateur de texte… » puis « Appliquer » dans la fenêtre qui est apparue et le tour est joué.

Les erreurs de grammaire

Ensuite, épluchez votre document à la recherche de tous les soulignements bleus et par clic-droit résolvez toutes les imprécisions. Bien sûr, je sous-entends que vous aurez aussi corrigé les fautes d’orthographe soulignées en rouge.

Insertion du texte dans l’éditeur WordPress

L’interface d’édition de WordPress peut varier, vous pouvez utiliser soit Gutenberg, soit l’éditeur classique soit encore l’éditeur spécifique de votre thème. Je n’entrerai donc pas dans les détails de chacun, mais nous allons plutôt regarder les possibilités offertes par le plugin SEO Yoast pour l’analyse du texte.

À ce stade, insérez par copier-coller votre texte dans votre éditeur WordPress puis observez le rendu tant dans l’éditeur qu’en visualisation finale (aperçu). Les résultats sont bien différents.

Dans l’aperçu avant publication, faites varier la largeur de la fenêtre pour essayer de provoquer le retour à la ligne d’un point d’interrogation, d’un point-virgule ou de tout autre caractère précédé d’une espace insécable. Normalement ce devrait être impossible de se trouver avec un caractère orphelin, le mot précédant le caractère ira à la ligne en même temps.

Le plugin Yoast

Logo YoastOn trouve de nombreux plugins d’assistance SEO mais celui-ci est sans doute le plus répandu. Il est très complet et efficace mais a un défaut agaçant. En effet, la version gratuite est truffée de publicités incitant à migrer vers la version Premium. De plus, son utilisation peut facilement se transformer pour l’utilisateur non averti en une « chasse à la pastille verte » trompeuse. Nous y reviendrons dans le prochain article.

En dessous du texte, on trouve les réglages Yoast SEO.

Ce présent article n’est pas un tutoriel Yoast, je vous propose donc de passer rapidement sur les réglages de base. Ceux-ci ont normalement étés configurés en amont.

Analyse de la lisibilité

Tout d’abord, concentrons-nous sur l’analyse de la lisibilité que l’on trouve sous notre texte et sous le panneau « Édition des métadonnées » des réglages Yoast SEO. Un clic ouvre l’onglet.

Prêtez attention à toutes les suggestions et corrigez votre texte en fonction de celles-ci. Bien sûr, votre style personnel risque d’en prendre un coup. Mais vous êtes en train d’écrire pour le web, pour des internautes pressés, pas pour un prix littéraire.

Vous aurez probablement à réduire la longueur de vos phrases, à passer de la forme passive à la forme active et autres préconisations. Le plus difficile sans doute sera la gestion des mots de transition.

Pour chaque avertissement du plugin, vous avez la possibilité de surligner en rose les zones concernées (œil cliquable). Attention toutefois, le surlignement indique les phrases trop longues ou passives, c’est-à-dire les phrases fautives. Mais pour les mots de transition, il montre au contraire les phrases correctes, qui en sont pourvues.

Les mots de transition

Sans doute, le plus difficile sera la partie « Mots de transition ». Il s’agit de glisser dans vos phrases des mots particuliers qui en facilitent la lecture. À cet effet, vous lirez avec profit la page d’explication accessible depuis le plugin Yoast : Yoast SEO assessment : Transition words.

Les anglophobes pourront utiliser le traducteur DeepLLogo DeepL

Voici un court extrait :

Les mots de transition sont des mots comme « le plus important », « parce que », « donc » « ou » « d’ailleurs ». L’utilisation de mots de transition rend votre texte beaucoup plus lisible, car ces mots donnent une direction à vos lecteurs. Les utiliser, c’est comme verser du ciment entre vos phrases : la relation entre deux phrases devient évidente par l’utilisation de mots de transition. Ils envoient un signal à vos lecteurs que quelque chose arrive et les préparent pour la phrase suivante.

Extrait de « Yoast SEO assessment : Transition words » et traduit avec www. DeepL.com/Translator

Vous pouvez aussi télécharger un document universitaire tchèque sur ce sujet. Le document n’est pas signé, je suppose qu’il s’agit de Miroslava Novotná qui doit être professeur de français.

En effectuant quelques recherches pour vous, je suis aussi tombé sur un article intéressant de Bernard Lamailloux.

Alterner entre traitement de texte et éditeur WordPress

Pour finir, vous serez attentif à une petite incohérence de l’éditeur WordPress :

Quand vous copiez un texte de LibreOffice vers WordPress, les espaces insécables sont préservées. En revanche, une fois dans l’éditeur WordPress, il n’est plus possible de mettre des espaces insécables autrement qu’en utilisant le caractère HTML « &nbsp; ». (Sauf erreur de ma part que vous ne manquerez pas de me signaler en commentaire.)

En conséquence, si vous apportez beaucoup de modifications à votre texte par l’éditeur WordPress, en y ajoutant des caractères nécessitant des espaces insécables, il ne serait pas idiot de faire un dernier aller et retour WordPressLibreOffice → Grammalecte → WordPress.

Requête cible : Article à venir…

Je laisse de côté pour l’instant l’aspect « Requête cible » du plugin Yoast, car cela n’aura de sens de s’y intéresser qu’après insertion des images et des liens. À cette occasion, je vous expliquerai pourquoi j’y regarde à deux fois avant d’installer Yoast sur les sites de mes clients.

Quoi qu’il en soit, l’utilisation de l’outil « Requête cible » n’a de sens qu’après avoir inséré les images et les liens, ce que nous verrons bientôt.


Capitales accentuées

Il faut accentuer les capitales et les majuscules.

Il faut accentuer capitales et majuscules

Article publié en novembre 2011 et réactualisé en avril 2019

GISCARD CHAHUTE A L’ASSEMBLEE

Qui chahute ? Giscard ou les députés ?

Et le PALAIS DES CONGRES est-il un aquarium ?

Les exemples sont nombreux de textes en capitales qui deviennent ambigus lorsqu’on omet les accents. Pourtant, la règle académique est très claire à ce sujet et une rapide recherche Internet achèvera de vous convaincre.
Usage_des_majuscules_en_français (Wikipédia)

Majuscules accentuéesLa qualité de rédaction d’un texte sur un site Web est importante et les fautes d’accents sont des fautes d’orthographe !

Certes, nos claviers ne sont pas commodes pour cela et si le À et le È s’obtiennent facilement en faisant Alt Gr + ` (touche 7) puis A majuscule ou E majuscule, le É s’obtient plus difficilement, en maintenant enfoncée la touche Alt tout en composant le nombre 144. J’avoue utiliser assez souvent la correction d’orthographe des logiciels de traitement de texte.

Vous pouvez vous référer à mon article sur les caractères spéciaux pour vous imprimer un petit pense-bête assez pratique.

À propos, connaissez-vous la différence entre capitales et majuscules ?

Les capitales sont une variété typographique alors que les majuscules ont la fonction de mise en évidence des premières lettres des phrases ou des noms propres.

En savoir plus sur Wikipédia.

À propos encore : n’utilisez les capitales qu’à bon escient

Pas de noms propres entièrement en capitales, pas de majuscules à chaque mot d’une phrase…